22 Octobre 2015

Utopiales de Nantes : la science-fiction explore le réel !

Du 29 octobre au 2 novembre 2015, la 16ème édition des Utopiales de Nantes, Festival international de science-fiction, explorera la thématique des « Réalité(s) ». Une ingénieur de la Direction des lanceurs du CNES évoquera les technologies du transport spatial lors d'une table ronde.

La science-fiction est souvent mise en opposition à la réalité. L’expression communément utilisée : « C’est de la science-fiction » est un contre-sens. En effet, la science-fiction fait souvent la pédagogie de la réalité. Dans le cadre des Utopiales 2015, le thème « Réalité(s) » sera décliné en 4 axes qui serviront de fil conducteur à la programmation proposée au public : Qu’est-ce que la réalité ? / Réalités augmentées / Psycho-réalités / Réalités alternatives.

Sous la houlette de son président, l'astrophysicien Roland Lehoucq, et de son délégué artistique Ugo Bellagamba, ce rendez-vous nantais désormais incontournable du genre réunira des scientifiques (Elisa Cliquet-Moreno, Etienne Klein, Jean-Sébastien Steyer…), des auteurs (Robert Silverberg, Christopher Priest, Alain Damasio…), des artistes (Manchu, Marc-Antoine Mathieu, Denis Bajram…), et tous ceux qui, jour après jour, réfléchissent à la transformation de notre monde.

Les Utopiales, de 2000 à aujourd’hui

Dès la première année à Nantes en 2000, les Utopiales ont affiché leur ambition : ouvrir au plus grand nombre et faire découvrir de manière très qualitative le monde de la prospective, des technologies nouvelles et de l’imaginaire. Une singularité qui, 14 éditions plus tard, après plus de 400 films projetés, 1 500 auteurs, dessinateurs et chercheurs invités et près de 130 expositions et installations artistiques programmées, fait désormais du festival nantais un évènement incontournable du genre en Europe et outre-Atlantique.

 

gp_utopiales-nantes_fr.jpg
Affiche des Utopiales de Nantes 2015 Crédits : Manchu

L’affiche de MANCHU

En un peu plus de 25 ans Manchu est devenu un des illustrateurs les plus recherchés. Le festival des Utopiales a la joie de présenter cette année le travail de cet artiste incontournable du paysage de la science-fiction. Loin des vaisseaux baroques et surréalistes de ses pairs, Manchu a le sens du détail réaliste. Au lieu de l'enfermer dans une création didactique, cette exigence nous permet d'y croire. Et sa poésie nous donne envie d'y croire. L’affiche de cette édition propose une vue étonnante de Nantes sur les bords de Loire.

Cet article vous est proposé par...

Xavier Fayet, pour les Utopiales

Site web

Page Facebook

Fil Twitter

Renseignements :
+33 (0)2 51 88 20 00


Vous souhaitez proposer un article sur notre blog ? Faire la promotion d'un événement spatial ? Cliquez ici pour en savoir plus.


 

Les Utopiales 2015 en chiffres

  • Près de 200 invités, écrivains, scientifiques, chercheurs, dessinateurs, scénaristes, illustrateurs, réalisateurs de 10 nationalités différentes 
  • 110 conférences, débats, rencontres
  • 12 expositions à La Cité
  • 1 soirée au Pôle étudiant de l’Université
  • 1 exposition et 1 soirée au Lieu Unique
  • 1 programme dédié aux classes
  • 1 programme jeunesse
  • 6 cours du soir
  • 53 séances de film


Infospratiques 

 

Le regard du CNES 

Evidemment, quand on parle de science-fiction, le thème spatial s'impose naturellement. Au CNES, Elisa Cliquet Moreno est ingénieur à la sous-direction technique de la direction des lanceurs et travaille sur le pilotage d'Ariane 5. Spécialiste de la propulsion spatiale, elle a plus particulièrement travaillé sur la propulsion cryotechnique et les modes de propulsion avancés.

Il se dit qu'elle a d'ailleurs étudié un système permettant d'aller sur Mars en seulement 39 jours... Réaliste ? Vous pourrez lui poser la question le jeudi 29 octobre à 12h, à l'occasion de la table ronde « Des sondes robotisées aux colonisations humaines : l’âge de l’espace va-t-il enfin commencer ? »où elle abordera notamment le thème des technologies de transport spatial envisagées pour l’exploration.

is_elisa-cliquet-moreno.jpg