13 Novembre 2015

Thomas Pesquet : un "agent spatial" pour la mission Proxima

Au lendemain de la sortie de « 007 Spectre », la mission de Thomas Pesquet a été dévoilée. Nom de code : Proxima. Objectif : infiltrer pendant 6 mois une redoutable organisation internationale en orbite à 370 km d'altitude : l'ISS…

Dans 1 an, en novembre 2016, Thomas Pesquet deviendra le 10e « Agent spatial » français. Sélectionné parmi 8 413 candidats, il a incorporé en 2009 le corps des astronautes européens de l'ESA. Depuis, l'Agence n'a pas ménagé son emploi du temps. Surtout, elle a mis à sa disposition une panoplie de « gadgets » à faire pâlir d'envie 007 ! Une montre notamment. Pas une montre détonatrice d'explosifs ou génératrice d'un champ magnétique surpuissant. Non, une montre – ou plutôt une horloge – à atomes de césium refroidis par lasers ! Installée à l'extérieur de l'ISS et baptisée Pharao, cette horloge atomique testera la théorie de la relativité d’Einstein et améliorera encore l’exactitude de notre mesure du temps. Avec des applications possibles pour la navigation et la géolocalisation par satellites.

pas de vodkas-Martini dans l'ISS !

Thomas Pesquet sera aussi équipé d'une application tablette/iPad baptisée Everywear qui collectera une multitude de données sur la qualité de son sommeil, sa santé, sa nutrition... Et pas de vodkas-Martini dans l'ISS, l'alcool y est interdit ! Un échographe et des sondes motorisées télé-opérables depuis le sol surveilleront sa circulation sanguine. Sa perception et son orientation en situation d'impesanteur seront aussi évaluées. Comment le système nerveux de l'Agent va-t-il s'adapter à cet environnement sans dessus dessous ? Sa ceinture noire de judo ne devrait lui être que de peu d'utilité. Ses connaissances linguistiques (il parle 6 langues dont le russe et le chinois) sûrement bien plus.

Mais on vous rassure, aucun dégât, aucune destruction, ne sont prévues lors de sa mission. Bien au contraire ! Thomas Pesquet aura en charge d'entretenir, voire de réparer, la Station. Bien-sûr, quelques véhicules devraient tout de même finir en pièces…. Mais ici point d'Aston Martin ! Plutôt des fusées et vaisseaux russes Soyouz.



Thomas a présenté sa mission, au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche jeudi 12 novembre 2015, à Paris. Crédits : Cité de l'espace.



Thomas, en entraînement en piscine au Centre spatial Jonhson, à Houston (Etats-Unis). Crédits : NASA.


Proxima, nom d'origine toulousaine

Elle a été proposé par Samuel, un jeune Toulousain de 13 ans, et choisie parmi les 1300 réponses au concours lancé par l’ESA : "Proxima est l'étoile la plus proche de notre Soleil et en toute logique la 1ere destination pour un voyage au-delà de notre système solaire" explique Samuel. Proxima, c'est aussi la proximité et l'idée que le spatial, les vols habités, et les expériences que mènent les astronautes à bord de l'ISS ont des retombées directes pour les êtres humains. Enfin, Proxima s’inscrit dans la tradition des noms de mission des astronautes français : Altaïr, Cassiopée, Andromède, Perseus…

Le logo de la mission décrypté

Ce logo reprend le thème de l'exploration, avec des traînées d'étoiles évoquant l’espace et l'exploration au-delà de l'orbite terrestre. 2 planètes stylisées représentent notre Terre et la Lune, ou la Lune et Mars. Le « x » de Proxima, centré au milieu du logo fait référence à l'étoile Proxima Centauri, mais également à l'inconnu et au numéro 10 de Thomas Pesquet. Les 3 lignes verticales forment le contour de la station spatiale internationale et représentent les couleurs de la Terre, de la Lune et de Mars, tout en faisant référence au drapeau français.

Thomas Pesquet

  • 1978 : naissance à Rouen
  • 2001 : diplôme d’ingénieur aéronautique et spatiale de l’École nationale supérieure de l’aéronautique et de l’espace de Toulouse
  • 2002 : passage au CNES de Toulouse
  • 2006 : pilote de ligne à Air France
  • 2009 : Sélection comme astronaute de l'ESA

le saviez-vous ?

p11013_635aede587289a66bd727065925de262CnesJActu_CadmosP.jpg

Thomas devra réaliser 55 expériences à bord de l'iss

A ce jour, le programme ESA/CNES sur la mission de Thomas représente 55 expériences réparties dans 5 grandes thématiques : Physiologie humaine, Environnement spatial, Physique des fluides, Physique fondamentale et Education. Une vingtaine des ces expériences sera sous la responsabilité du CADMOS, un service du CNES à Toulouse, en charge de préparer, organiser et suivre les expériences menées en micropesanteur pendant toute la durée de la mission Proxima.

 

nos vidéos avec Thomas Pesquet

Publié dans : 
Pour les cibles :