1 Avril 2022

[Quézako ?] Un habitat lunaire boosté

Avec son habitat gonflable Eurohab, Spartan Space fait partie des 5 premières start-ups à intégrer Tech The Moon, un incubateur toulousain dédié aux projets lunaires. L’initiative est un vrai coup de pouce pour le développement de technologies pour un objectif bien précis : vivre sur la Lune.

L'habitat gonflable EuroHab développé par Spartan Space. Crédits : illustration Spartan Space.

Installation durable dès 2030

Eh non, ce n'est pas un poisson d'avril ! Ni des extraterrestres qui se seraient installés secrètement sur la Lune... Ce gros champignon pourrait cependant être le 1er habitat lunaire. Car l’objectif est bien de s’établir durablement sur notre satellite dès 2030 ! Développé par la société Spartan Space, ce concept nommé EuroHab est un habitat gonflable. « Posé à la surface de la Lune, il se déploiera automatiquement en quelques heures, détaille Grégory Navarro, ingénieur responsable du développement de l’habitat et du support vie au sein du projet SpaceShipTous les équipements de base nécessaires à la vie seront compris dedans. » Si l’entreprise a déjà réalisé une 1ere maquette grandeur nature, l’habitat n’est pas encore prêt à décoller pour la Lune. Mais tout pourrait bien s’accélérer : Spartan Space fait partie des 5 1eres start-ups intégrées à Tech The Moon depuis octobre 2021.

C’est une 1ere mondiale !

Pascal Bultel, responsable des activités Lune au sein de la Direction de la stratégie du CNES.

À Toulouse, Tech The Moon est un incubateur dédié à la Lune. Le projet est le résultat d’une initiative portée depuis 2020 par le CNES et Nubbo, un accélérateur dédié à l’aérospatial. « Tech The Moon est l’illustration de la volonté du CNES de relancer de nouvelles activités, et d’en prendre la tête », confie Pascal Bultel. L’objectif visé par Tech The Moon ? Rendre possible l’installation durable d’une équipe sur la Lune. Une ambition qui requiert de nouvelles solutions innovantes pour répondre à 3 grands besoins : produire de l’énergie, construire un camp de base et comprendre et anticiper les risques pour la santé de l’équipage.

Habitat Eurohab, testé dans le désert d'Abou Dabi aux Émirats arabes unis en février 2022. Crédits : Spartan Space/P. Weiss.

Pascal Bultel, responsable des activités Lune au sein de la Direction de la stratégie du CNES. Crédits : CNES.

Application lunaire mais aussi sur Terre

À la clé pour les start-ups intégrant l’incubateur : un accompagnement de 12 mois et une aide financière de la région Occitanie. « Le CNES leur permet d’intégrer le réseau du spatial et offre un soutien sous forme de mentorat, détaille Pascal Bultel. Nubbo les aide à définir leur modèle économique et leur stratégie commerciale. » Un duo qui doit permettre aux entreprises de faire avancer leur projet. « Grâce au projet SpaceShip du CNES, nous apportons également un réel soutien sur le volet technologique : notre rôle est d’accompagner les start-ups face aux exigences de l’environnement spatial et de les orienter vers les bons experts », appuie Grégory Navarro. Pour son habitat lunaire gonflable, Spartan Space a ainsi déjà pu s’appuyer sur Tech The Moon pour établir de nouveaux partenariats ou encore pour améliorer la radioprotection et le recyclage de l’eau d’EuroHab.

Mais attention : pour être éligible au programme Tech The Moon, certains critères sont exigés. « Tech The Moon présente une particularité : les start-ups doivent avoir une démarche économique visant les applications lunaires mais aussi terrestres », explique Pascal Bultel. Cela permet de sécuriser le développement économique des entreprises avant le retour sur la Lune prévu d’ici 2030.

L’habitat gonflable Eurohab peut être transporté par hélicoptère, et pourra ainsi être déployé lors de catastrophes naturelles, ou encore dans des zones ressemblant aux terrains martien ou lunaire pour réaliser des essais.

Grégory Navarro, ingénieur responsable du développement de l’habitat et du support vie au sein du projet SpaceShip.

Les équipes de Tech The Moon sont désormais tournées vers l’avenir : 5 nouvelles start-ups doivent intégrer l’incubateur d’ici l’automne 2022. Les inscriptions seront ouvertes d’ici la fin du printemps. « Nous sommes très satisfaits de la première promotion, qui est très dynamique ! confie Pascal Bultel. J’ai même le sentiment que l’une d’entre elle gagnera le titre de licorne d’ici quelques années. »

Grégory Navarro : ingénieur responsable du développement de l’habitat et du support vie au sein du projet SpaceShip. Crédits : CNES/T. de Prada.

Publié dans : 
Pour les cibles :