21 Mars 2019

[Quézako?] Ces traces sur Mars sont diaboliques

Le satellite TGO a repéré des milliers de traces de « dust devils » à la surface de Mars, concentrées sur les crêtes du relief.

Crédits : ESA/Roscosmos/CaSSIS, CC BY-SA 3.0 IGO.

Cette image intrigante et en fausses couleurs a été obtenue le 8 février 2019 par le satellite européen TGO lors du survol de Terra Sabaea, une région proche de l’équateur et située à plus de 4 000 m d’altitude. Le satellite TGO (TGO pour Trace Gas Orbiter) a été lancé en 2016 dans le cadre du programme ExoMars avec pour objectifs d’étudier l’atmosphère martienne et de servir de relais de télécommunications avec la Terre pour le rover Rosalind Franklin dont l’atterrissage est prévu le 19 mars 2021. 

mais revenons à nos diables de poussières ! 

En dépit d’une atmosphère très tenue, les « dust devils » sont monnaie courante sur Mars. Ces tornades de poussière sont liées à la remontée brusque, et en rotation, d’air chaud. Elles se déroulent généralement lors d'après-midis relativement chaudes sur Mars. Ces tourbillons brefs mais vigoureux aspirent la poussière du sol et exposent à nu la surface rocheuse située au-dessous. C’est ce que le satellite TGO a repéré : des traces sombres de roches au milieu d’une zone très poussiéreuse. Elles ont été ici représentées en fausse couleur (en bleu-violet) alors qu’en réalité leur couleur est plutôt rouge foncée.

De telles traces ont déjà été capturées par d’autres orbiteurs tels Mars Odyssey et Mars Reconnaissance Orbiter. Des rovers (Spirit, Opportunity et Curiosity) les ont déjà filmés dans le feu de l’action. C’est toutefois la 1ère fois qu’un cliché expose une telle densité de traces avec un motif si particulier, résultat de leurs concentrations sur les crêtes des rides. Cette concentration pourrait être liée aux reliefs rencontrés et  au soulèvement de l’air qui bute sur l’obstacle, ce que les climatologues appellent un soulèvement orographique.

En 2017, des chercheurs ont estimé le nombre et les caractéristiques de ces tornades de poussière sur Mars.  Un article de Futura Sciences présente les conclusions de leurs travaux : « Les dust devils pourraient jouer un rôle clé dans le transport des fines poussières de la surface en les injectant dans l’atmosphère de Mars. Ils pourraient y en avoir plus de 100 millions par jour. Leurs diamètres paraissent très variables : de quelques dizaines de mètres pour les plus petits à quelques kilomètres pour les plus grands. Ces colonnes grimpent très haut, parfois jusqu'à 8 km, voire 10 km, et la vitesse des vents peut dépasser 100 km/h. »

Image acquise par le satellite européen TGO le 8 février 2019. Crédits : ESA/Roscosmos/CaSSIS, CC BY-SA 3.0 IGO.

Tornade de poussière photographiée par le rover Opportunity en 2016. Crédits : NASA/JPL-Caltech.

Publié dans : 
Pour les cibles :