7 Mars 2019

[Quézako?] Ce plateau portera une antenne Argos

Taillé dans un bloc d'aluminium, ce plateau est le support de l'instrument Argos-4. Plus rigide qu'un panneau sandwich en nid d'abeilles, il empêchera tout tremblement de sa grande antenne lors du lancement par une fusée indienne.

Crédits : CNES/R. Benoit, 2018.

C’est une spécificité de l'instrument Argos-4 qui sera fixé cet été 2019 sur le satellite indien Oceansat-3 : il est monté sur un plateau taillé dans la masse. L’envers de ce plateau d’1 m2 et 11 kg est visible sur la photo ci-dessus, avec des raidisseurs de 6 cm de haut conservés dans le bloc initial d'aluminium et des alvéoles réalisées pour alléger la masse de la structure. Ce support a été préféré à un panneau sandwich avec une structure en nid d’abeilles. Quant à l'impression 3D, elle aurait fourni un plateau composite, moins costaud.  

Un support monolithique offrait une meilleure raideur ainsi que de meilleures performances mécaniques et thermiques qu’un panneau standard en nid d’abeilles tout en étant plus léger

souligne Michel Sarthou, chef de projet Argos au CNES.

Autre particularité de ce 1er exemplaire d'Argos-4 : sa grande antenne blanche repose sur un système de déploiement qui la fera basculer, une fois en orbite à 720 km d'altitude, d'une position quasi-horizontale à une position verticale. Pourquoi un tel système ? Car, haute de 70 cm, cette antenne est trop grande pour rentrer sous la coiffe de la fusée indienne PSLV dont le lancement est prévue pour janvier 2020. 

Deux autres instruments Argos-4 prendront la route de l'Espace en 2021 et en 2023 sur un satellite américain CDARS et un satellite météorologique européen EUMETSAT. Par rapport à Argos-3, Argos-4 est doté de bandes de fréquence largement étendues pour communiquer avec les balises terrestres et d'une plus grande capacité de traitement des informations à bord du satellite. 

Au 1er plan, l'antenne d'Argos-4. Le plateau en aluminium est caché sous la protection thermique dorée. Crédits : CNES/R. Benoit, 2018.

Le système de déploiement de l'antenne d'Argos-4. Crédits : CNES/R. Benoit, 2018.

Argos, un futur miniaturisé

Crée en 1978, Argos est un système de localisation reposant sur un dispositif de balises en liaison radio permanente avec plusieurs instruments Argos embarqués sur des satellites. Si la taille des balises ne fait que diminuer (permettant leur usage sur des animaux de plus en plus petits), la taille de l’instrument Argos va, lui aussi, subir un régime via un processus de miniaturisation. Argos-4-NG (NG pour ‘’Next Generations’’) sera 10 fois plus petit et consommera 3 fois moins d’énergie qu'Argos-4. Cette version miniaturisée sera embarquée sur une vingtaine de nanosatellites de la constellation Kinéis dont les lancements sont prévus en 2022-2023. Un démonstrateur est planifié pour la fin 2019 sur le nanosatellite ANGELS. Environ 18 000 balises Argos sont actuellement actives à travers le monde fixées sur des animaux, volcans, bouées marines, bateaux... Argos est commercialisé au niveau mondial par l’entreprise CLS (Collecte Localisation Satellite), une filiale du CNES.

Publié dans : 
Pour les cibles :