3 Juin 2021

[Quézako?] Blob prêt au décollage

La mode des blobs a gagné l’espace ! Quatre individus ont enfilé leur combinaison pour rejoindre Thomas Pesquet dans la Station spatiale internationale en août 2021.

Crédits : CBI/CRCA/CNES/CNRS Photothèque/David VILLA/ScienceImage, 2021.

Êtres étranges et gluants, les blobs ne sont ni des champignons, ni des plantes, ni des animaux. Ce sont des organismes constitués d’une seule cellule qui peut contenir des milliards de noyaux et s’étaler sur plusieurs m2... Leur nom scientifique est Physarum polycephalum, du règne des amibozoaires. On les surnomme « blob » en référence au film Le Blob (1988) dans lequel un alien ressemblant à une gelée dévore tout sur son passage.

La boîte ci-dessus contient un blob et 4 flocons d’avoine, une nourriture dont il raffole. Tous sont collés au fond de la boîte. Pourquoi collés ? Car, en août 2021, ce blob va « dé-coller » vers la Station spatiale internationale (ISS) afin d'y rejoindre l’astronaute français de l’ESA, Thomas Pesquet. Et il ne faudrait pas que l'étrange amibozoaire « flotte » dans l'ISS, ni dans sa « blob box » !

Préparation de la « blob box ». Le blob est au centre du papier filtre stérilisé entouré de 4 flocons d’avoine. L'ensemble a ensuite été collé au fond de la boîte. Crédits : CBI/CRCA/CNES/CNRS Photothèque/David VILLA/ScienceImage, 2021.

Un blob, couleur jaune safran, a étendu son contenu cellulaire lors d’une expérience test. Cette photo a été prise 24h après son « réveil ». Un blob, cela grandit vite ! Crédits : CBI/CRCA/CNES/CNRS Photothèque/David VILLA/ScienceImage, 2021.

 

Le saviez-vous ?

Dans les années 80, des blobs sont déjà partis dans l’espace dans le cadre de missions américaines, russes et allemandes. Mais ces expériences furent trop courtes pour évaluer les effets de l’environnement spatial sur le comportement de ces êtres gluants...

Réveil en impesanteur

4 blobs ont été préparés à Toulouse en vue de leur décollage en août 2021. Thomas Pesquet les accueillera à leur arrivée dans l’ISS et les installera dans le laboratoire européen Columbus. Il aura l'importante mission de les réveiller ! Les 4 blobs sont en effet en dormance. Pour les « ramener à la vie », Thomas va les réhydrater en injectant de l'eau dans la boîte qui, par capillarité, va hydrater toute la surface du papier filtre.

Durant une semaine, une caméra prendra automatiquement, toutes les 10 min, des photos afin de suivre le comportement de l’étrange organisme unicellulaire. Sur Terre, un blob peut se déplacer de plusieurs cm par heure, s’étalant toujours à plat en suivant les formes de leur substrat. En sera-t-il de même dans l’espace ? Quel comportement adoptera-t-ils dans un environnement sans gravité ? Arriveront-ils à atteindre les flocons d’avoine pour se nourrir ?

En impesanteur, ils pourraient adopter une structure en 3D et former des sortes de piliers

Les blobs ont déjà cassé le dogme selon lequel un organisme ne peut pas apprendre sans cerveau. Ils sont capables d’apprendre et mémoriser en absorbant des substances présentes dans leur environnement. Je suis persuadée que nos blobs vont trouver une solution pour atteindre leur nourriture dans l’ISS » explique Audrey Dussutour, chercheuse au Centre de recherches sur la cognition animale de Toulouse, en charge de l’expérience.

En octobre 2021, cette expérience – avant tout éducative – sera suivie et réalisée par des milliers d'élèves français !

Audrey Dussutour, directrice de recherche au CNRS, tient l'une des 4 « blob box » qui partira dans l’ISS en août 2021. Crédits : CBI/CRCA/CNES/CNRS Photothèque/David VILLA/ScienceImage, 2021.

 

#ElèveTonBlob, une expérience éducative

En octobre 2021, l’expérience menée dans l’ISS sera réalisée par les élèves de plus de 4 000 établissements scolaires français. Elle fait partie des 12 expériences françaises de la mission Alpha, catégorie "Education''. Elle est proposée dans les classes en partenariat avec le CNRS et avec le soutien de l’académie de Toulouse.
L’objectif est de proposer aux élèves de reproduire, au sol, l'expérience menée par l'astronaute Thomas Pesquet. Il s'agira pour les élèves du primaire au lycée de mettre en œuvre des protocoles scientifiques, de travailler à des solutions techniques pour la prise de vue des blobs pendant 7 jours et de comparer leurs observations sur le comportement, la nutrition et la vitesse de déplacement de leurs blobs (#ÉlèveTonBlob) avec les résultats obtenus dans l'ISS (Blob-ISS). En savoir plus.

LA MISSION ALPHA DE THOMAS PESQUET

Depuis le 24 avril 2021, Thomas Pesquet, astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA) est à bord de la Station spatiale internationale dans le cadre de la mission Alpha. Durant 6 mois, il va :