22 Février 2018

[JO 2018] Le stade de Pyeongchang: un pentagone éphémère sur Terre

Observez depuis l'Espace le stade où se tiendra la cérémonie de clôture des Jeux Olympiques avant qu'il ne disparaisse à jamais.

stadejo2018_3.gif

La forme pentagonale du stade de Pyeongchang est nette sur ces 2 images acquises par les satellites Pléiades les 19 juillet et 28 décembre 2017 à 700 000 m d'altitude. Crédits : CNES 2017, Distribution Airbus DS.

Un stade temporaire

Dès le départ, le stade olympique de Pyeongchang en Corée du Sud a été pensé comme une enceinte temporaire. Objectif : éviter qu'il ne tombe en décrépitude une fois éteint les feux des projecteurs. Ce n'est pas une première. Rien qu'en France, 2 stades olympiques ont aussi été démontés une fois les épreuves sportives finies :  le stade olympique de Grenoble en 1968 et celui d'Alberville en 1992. 

4 utilisations : 2 cérémonies d'ouverture et 2 cérémonies de clôture 

Construit à partir de décembre 2017, le stade de Pyeongchang a accueilli le 9 février 2018 la cérémonie d'ouverture des 23e Jeux Olympiques d'hiver. La cérémonie de clôture s'y tiendra dimanche 25 février.

L'enceinte sera démantelée après les cérémonies des Jeux Paralympiques qui se dérouleront du 9 au 18 mars 2018. Un parc public sera créé au même endroit.

2 photos de la cérémonie d'ouverture des JO 2018. Crédits: Pyeongchang2018.

 ''chapeau'' à notre porte -drapeau

Lors de la cérémonie d'ouverture des JO de Pyeongchang, Martin Fourcade portait le drapeau de la France. Il y aura décroché 3 titres olympiques dans sa discipline : le biathlon. Après ceux remportés à Sotchi en 2014, Martin Fourcade est ainsi devenu le Français le plus titré de l'histoire des Jeux Olympiques, été et hiver confondus. ''Chapeau bas'' !

Crédits : Pyeongchang2018.

Les satellites Pléiades

Lancés en 2011 et 2012, les satellites jumeaux Pléiades-1A et Pléiades-1B tournent autour de la Terre à 700 km d'altitude. A eux 2, ils sont capables de prendre des images de n'importe quel point du globe en moins de 24h à la résolution de 70 cm (rééchantillonée ensuite à 50 cm). Conçu par le CNES, ce système d'imagerie spatiale à très haute résolution est exploité par Airbus DS.

Publié dans : 
Pour les cibles : 
A propos de :