4 Décembre 2018

[InSight] SEIS sur Mars à Noël !

Le 26/11/2018, le robot InSight a atterri sur Mars. Reste encore le sismomètre français SEIS à déposer sur le sol de la planète rouge. Quand l’instrument sera-t-il déployé ? Réponse de Philippe Laudet, chef de projet InSight/SEIS au CNES.
Quand l'instrument SEIS sera-t-il déposé sur Mars ?

Philippe Laudet : ce déploiement débutera autour du 10 décembre, si tout se passe bien. Il faut en effet choisir le bon endroit. Cela nécessite un repérage photo afin de pouvoir dresser un modèle numérique de terrain pour connaître la topographie précise devant l’atterrisseur. La phase de déploiement va ensuite durer une quinzaine de jours. Elle comporte de nombreuses étapes qui nécessitent à chaque fois un « Go ! » de la part des équipes du JPL (Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena, aux États-Unis, NDLR) et du CNES. Il faut savoir que les échanges avec l’atterrisseur ne sont pas instantanés. Le matin, vous recevez la télémesure envoyée par InSight via un orbiteur, le soir, vous envoyez votre commande. SEIS la reçoit et l’exécute pendant que l'on dort sur Terre. Pour chaque commande, vous avez un jour de délai !

Au final, nous estimons que SEIS devrait toucher le sol martien autour de Noël.

Restera ensuite à déposer le bouclier thermique au-dessus de SEIS, ce qui va prendre encore plusieurs jours et nous amène début janvier.

Philippe Laudet, chef de projet InSight/SEIS, au CNES. Crédits : CNES/Alexandre OLLIER, 2018.

Pose du bouclier thermique sur le sismomètre SEIS. Cette étape (accélérée dans l’animation) s'effectuera début janvier 2019. Crédits : NASA/JPL-Caltech.

 

Quels sont les critères de choix pour poser le sismomètre ?

P. L. : Les critères sont la planéité, la consistance du sol, la présence de cailloux et la distance. Idéalement, on aimerait positionner l’instrument le plus loin possible de l’atterrisseur — soit 2 à 3 m de distance, afin d’éviter les interférences éventuelles avec lui. Un autre critère est la position de l’instrument allemand — un capteur de température baptisé HP3 — qui sera déployé après SEIS. L'idéal serait de placer ces 2 instruments le plus loin possible l’un de l’autre surtout que des coups de marteaux seront donnés par HP3 pour enfoncer sa sonde de température jusqu’à 5 m de profondeur dans le sol martien. SEIS devrait d’ailleurs enregistrer ces coups de marteaux.

En parlant d’enregistrements, quand peut-on espérer recevoir le 1er sismogramme martien ? 

P. L. : On n’en sait rien ! Aucun instrument n’a jamais enregistré les secousses de Mars. SEIS sera le 1er sismomètre à le faire. Mais si on part sur l’idée qu’il y a en moyenne 4 ou 5 séismes d’importance significative par année terrestre sur Mars, on peut espérer en enregistrer un d’ici à mai 2019. Mais on peut aussi très bien enregistrer un séisme dès le lendemain de son déploiement. A partir de fin décembre, nous allons allumer SEIS tous les jours, mais pas les nuits car il ne sera pas encore protégé par son bouclier thermique. Une fois ce bouclier en place, il sera fonctionnel nuit et jour, et ce pour une durée de 2 ans.

Aucun instrument n’a jamais enregistré les secousses de Mars

Illustration d’artiste de l’atterrisseur InSight avec, devant lui, le sismomètre français SEIS (à gauche) protégé par son bouclier thermique et la sonde de température allemande HP3 (à droite). Crédits : NASA/JPL-Caltech.

Sur cet écorché, on visualise bien le bouclier thermique (en blanc) recouvrant le sismomètre SEIS (coque jaune). Crédits : NASA/JPL-Caltech.

Publié dans : 
Pour les cibles :