5 Décembre 2018

[InSight] Le sismomètre SEIS va bien !

L'instrument principal de la mission InSight, le sismomètre français SEIS, a été testé le 30/11/2018. Bonne nouvelle : tout est parfaitement normal, l'instrument français est en bonne santé sur Mars !

is_pia22575-2.jpg

Champ de roches au loin, sol plus sablonneux devant. Cette 2e photo publiée par la NASA donne confiance : le sismomètre SEIS (visible au 1er plan à gauche) pourra être déposé sur une surface plane par le bras robotisé (tubes blancs à droite et grappin au centre) devant l'atterrisseur InSight. Crédits : NASA/JPL-Caltech.

Tout va bien...

Après un atterrissage réussi sur Mars le 26/11/2018, la sonde InSight a pris ses 1eres photos, ouvert ses 2 panneaux solaires de 2,2 m de diamètre, chargé ses batteries et vérifié l'état de santé de tous ses sous-systèmes. Le 30/11/2018, un test de «  bonne santé » a été envoyé depuis la Californie à son instrument principal : le sismomètre français SEIS. Tout va bien : le sismomètre a bien survécu à la traversée de l'atmosphère et au contact avec la surface de la planète rouge. Il est normalement « saturé » par toutes les secousses que lui transmet l'atterrisseur. « Tout se déroule comme prévu, les équipes sont très motivées et nous n’avons que des bonnes nouvelles jusqu’ici », se réjouit Philippe Laudet, chef de projet de InSight/SEIS pour le CNES. 

... avant un 2e atterrissage sur Mars !

Reste encore à déposer l'instrument, encore solidement arrimé sur le pont de l'atterrisseur, à même le sol afin qu'il soit en contact DIRECT avec la surface martienne pour en sentir tous les tremblements. Ce déploiement – une sorte de 2e atterrissage – est prévu pour débuter le 11/12/2018 pour se terminer autour de Noël. Il se poursuivra par la mise en place du bouclier de protection, une sorte de grosse cloche à fromage qui isolera le sismomètre des variations de températures martiennes (-120°C la nuit, 20°C le jour) et du vent. Son placement par le bras articulé devrait être effectif autour du 10/01/2019. 

Comme le souligne Philippe Laudet, chef de mission InSight/SEIS au CNES, ce 2e atterrissage sera une 1ere dans l'histoire de l'exploration spatiale : 

Aucun instrument scientifique n'a jamais été posé de manière automatique sur la surface d'une autre planète.

 

Vue d'artiste de l'atterrisseur InSight. Crédits : NASA/JPL-Caltech.

1ere carte postale d'Elysium Planitia

InSight a envoyé la 1ere photo de la plaine d'Elysium le 26/11/2018 quelques min seulement après son atterrissage. Même si elle est de mauvaise qualité et tachetée, cette photo a soulagé ingénieurs et scientifiques : le sol devant InSight semble relativement plat et dépourvus de gros cailloux ou de bosses. Les tâches noires sont des poussières soulevées lors de l’atterrissage qui se sont collées sur le cache transparent de l’objectif de la caméra située sous le pont de l’atterrisseur. Ce protège-objectif a depuis été retiré. Crédits : NASA/JPL-Caltech.