10 Septembre 2018

[Actu] Fuite d’air dans l’ISS : un trou de 2 mm, quels risques ?

Les contrôleurs au sol ont détecté une fuite d’air dans la Station spatiale internationale le 30/08 dernier. Rapidement localisé par les 6 astronautes à bord, l’orifice a été immédiatement colmaté.

Fait rarissime, une infime baisse de pression a été détectée à bord de l’ISS et signalée aux astronautes le 30 août 2018, au petit matin, par les centres de contrôle de Houston et de Moscou. Après quelques heures de recherche grâce à l’appareil de détection de fuite à ultrasons (Ultrasonic leak detector), l’équipage a découvert un petit trou de 2 mm de diamètre dans la coque du module orbital du vaisseau Soyouz MS-09. L’engin est amarré à l’ISS depuis le 6 juin dernier, date d’arrivée de 3 nouveaux astronautes. L’équipage a rapidement rebouché l’orifice à l’aide de résine d'époxy, à solidification rapide. L’origine du problème reste indéterminée même s’il pourrait, à priori, s’agir d’un trou de perceuse avec des traces caractéristiques de mandrin. Peut-être l’erreur d’un technicien pendant l’assemblage du vaisseau sur Terre…

Mais quels sont les risques encourus par les astronautes à bord de l’ISS ?

Si un gros objet parvenait à traverser la carlingue renforcée de l’ISS, les astronautes subiraient ce qu’on appelle un accident de dépressurisation. En effet, comme dans un avion, l’intérieur de la station est maintenu à une pression proche de la pression terrestre au niveau de la mer, soit 1 bar, de sorte que les astronautes puissent respirer normalement. Ceci n’est possible que si la station reste parfaitement étanche. En cas de trou ou de fissure, l’air s’échappe inexorablement car à l’extérieur, c’est le vide spatial. L’astronaute français, Thomas Pesquet, rappelait encore récemment :

Ce que l'on craint le plus, à bord de la station, c'est le feu, une atmosphère toxique et l’accident de dépressurisation ! 

Il faut se souvenir que le 30 juin 1971, trois cosmonautes de l’équipage Soyouz 11 ont péri après un séjour de 3 semaines à bord de la station Saliout 1. Au moment du retour sur Terre, une valve s’était ouverte accidentellement lors de la séparation du module de service laissant s’échapper l’air de l’habitacle dans l’espace et rappelant à tous que le vol spatial restait une activité à haut risque.

Que faire s’il n’y a plus d’air dans la station ?

Pas de panique, avec ce petit trou de 2 mm de diamètre, les astronautes de l’ISS avaient encore 18 jours d’oxygène devant eux. Mais plus le trou est grand, plus l’air s’échappe vite. Là encore, tout a été prévu par les concepteurs de la station : « En cas d'urgence absolue, on a la possibilité de rejoindre les Soyouz qui sont en permanence amarrés à la station et de redescendre rapidement (il y a toujours autant de places de secours dans les vaisseaux Soyouz amarrés à la station que d'astronautes à bord, soit 6 actuellement, réparties dans 2 vaisseaux, NDLR). En 20 min, on peut être à bord du Soyouz et, une fois séparés de l'ISS, il faudra environ 24 h pour être de retour sur Terre. »

Petit trou de 2 mm de diamètre dans la coque du module orbital du vaisseau Soyouz MS-09 incrimié dans la fuite d'air de l'ISS détectée le 30/08/18. Crédits : NASA.

Emplacement du vaisseau Soyouz MS-09 actuellement amarré à l'ISS. Crédits : NASA.

Thomas Pesquet tenant un extincteur de l'ISS. Crédits : NASA/ESA.


Que faire en cas d’incendie dans la station ?

Des feux pourraient se déclencher derrière les panneaux, les racks d’expérimentation, sans qu’on s’en rende compte

Petite balade à 360° dans l'ISS. Crédits : Google Maps/Google Earth.

« La station est bardée d’électronique, indique Thomas Pesquet. Des feux pourraient se déclencher derrière les panneaux, les racks d’expérimentation, sans qu’on s’en rende compte. Mais il y a des capteurs dans tous les coins. En cas de feu, une alarme retentirait immédiatement. Ensuite, il y a des extincteurs soit à base de CO2 soit à base de vapeur d’eau dans la station. Enfin, en cas de feu incontrôlable, direction le Soyouz de secours pour quitter la station est revenir indemne sur Terre. » Espérons qu’une telle mésaventure n’arrivera jamais. Parfois cependant, les astronautes doivent se réfugier dans le Soyouz de secours lorsque des débris spatiaux menacent d’entrer en collision avec l'ISS. La dernière mise à l’abri de précaution a eu lieu en 2011 mais les 6 astronautes ont pu regagner sans danger l’intérieur de la station une fois les débris évités (ils étaient passés à seulement 250 m de distance).

L'intérieur de l'ISS est bardé d'électronique, du sol au plafond. Crédits : NASA.

Publié dans : 
Pour les cibles : 
A propos de :