8 Novembre 2019

[événement] Transit de Mercure le 11/11/2019

Le 11/11/2019, Mercure fera le show en paradant sur le disque solaire. Rare, ce transit planétaire ne se reproduira pas avant 2032 !

gp_transit_mercure2016.jpg

Le dernier transit de Mercure date du 9 mai 2016. Crédits : NASA's Goddard Space Flight Center/SDO/Genna Duberstein.

Qu’est-ce qu’un transit planétaire ?

Un transit planétaire se produit lorsqu’une planète passe entre le Soleil et un observateur, qu'il soit humain ou artificiel. L’astre est alors visible sous la forme d'un petit disque noir traversant le disque solaire. Depuis la Terre, seuls les transits de Mercure et Vénus sont visibles - les autres planètes se trouvant à l’extérieur de l’orbite terrestre.

Les transits de Vénus sont extrêmement rares. Suivant les siècles, il s'en produit 0 ou 2. Plus courants, les transits de Mercure demeurent des phénomènes exceptionnels, arrivant en moyenne 13 fois par siècle. C'est un français, Pierre Gassendi, qui observa le 1er transit de Mercure en 1631 à Paris, grâce aux calculs de Johannes Kepler. Toute l’histoire racontée sur le blog de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet.

Mercure est la plus petite planète et la plus proche du Soleil. Crédits : NASA/JPL.

Que nous apprennent les transits planétaires ?

Pour l’Observatoire de Paris, « le phénomène est spectaculaire car il permet de se rendre compte du rapport d’échelle impressionnant entre Mercure et le Soleil. Par extension, sa contemplation permettra aussi de se représenter les dimensions de notre planète Terre, seulement 2,6 fois plus grande que Mercure. »

Il y a 3 siècles, les transits planétaires étaient aussi importants que le sont, aujourd’hui, les transits d’exoplanètes devant leur étoile hôte.

Historiquement, les transits planétaires ont permis de mesurer la distance Terre-Soleil et avec les lois de Kepler d’en déduire la taille du Système solaire dans son intégralité » souligne Francis Rocard, responsable des programmes d'exploration du Système solaire au CNES. Pour déterminer la distance Terre-Soleil, les scientifiques ont alors utilisé une méthode d'Edmond Halley basée sur la comparaison des temps mis par Mercure ou Vénus pour traverser tout le disque solaire. 

Francis Rocard, responsable des programmes d'exploration du Système solaire au CNES. Crédits : CNES/H. Piraud.

Comment observer le transit de Mercure ?

Le transit du 11/11/2019 sera observable en France métropolitaine à partir de 13h15 mais uniquement dans sa 1ere moitié car le Soleil se couchera avant la fin du phénomène. En Guadeloupe, Guyane, Martinique et Saint-Pierre-et-Miquelon, il sera visible dans sa totalité mais uniquement avec l’équipement adéquat. Les transits de Mercure sont en effet invisible à l’œil nu car la planète est bien trop petite et éloignée de la Terre. En outre, l’observation directe du Soleil ne doit jamais être faite sans protection car elle peut entraîner de graves lésions de la cornée ou de la rétine. « Lunettes de soleil, jumelles, appareil photo, verres fumés, films radiologiques, diapositives : aucun de ces moyens ne protègera efficacement vos yeux » signale l’Observatoire de Paris.

L’observation du transit de Mercure est donc conditionnée à l’utilisation d’une lunette astronomique ou d’un télescope muni d’un filtre protecteur, d’un « solarscope » ou... D’une connexion Internet ! L'événement sera en effet retransmis en direct (avec un léger différé) depuis l'Observatoire du Pic de Château Renard situé dans les Hautes-Alpes. Reste à croiser les doigts pour une météo clémente.

La planète Mercure. Crédits : NASA.

BepiColombo en transit vers Mercure 

Le vaisseau spatial BepiColombo est actuellement en route vers Mercure. Parti en octobre 2018, il s'insérera en orbite fin 2025 après un survol de la Terre (en avril 2020), 2 survols de Vénus et 6 survols de Mercure. Le vaisseau larguera alors 2 orbiteurs scientifiques : la sonde européenne MPO (Mercury Planetary orbiter) et la sonde japonaise Mio (Mercury Magnetospheric orbiter) pour une mission de 12 mois. Pour savoir où se trouve BepiColombo actuellement, c’est par ici ! 

 


Voir aussi

Publié dans : 
Pour les cibles :