23 Février 2016

Pourquoi y a-t-il un DDO dans Seul sur Mars ?

Un ancien Directeur Des Opérations (DDO) du CNES, Thierry Vallée, a participé à la traduction en français de la superproduction Seul sur Mars et lui a apporté une atmosphère guyanaise.

Tout a commencé par un appel à l’aide sur la boîte LinkedIn de Thierry Vallée, en août 2015. L’ancien Directeur Des Opérations (DDO) était contacté par la société traduisant en français Seul sur Mars, le film de Ridley Scott qui allait sortir quelques mois plus tard. L’entreprise avait besoin de conseils pour adapter certains termes de cette superproduction spatiale. Or notre ingénieur a dirigé 15 campagnes de lancement au Centre Spatial Guyanais avant de devenir chef du service Sauvegarde Vol.
« C’était une opportunité très intéressante, non seulement pour apporter une modeste pierre à un tel édifice, mais aussi pour découvrir le travail des sous-titreurs de films », explique Thierry Vallée. 

Beaucoup de secret

Sa mission ? Restituer fidèlement les paroles des ingénieurs de la NASA lors du lancement de la mission de sauvetage, en conservant le tempo, le rythme, le contexte du dialogue anglais.
Mais pas question de voir la superproduction en avant-première. « Il y avait beaucoup de secret derrière ce film. J’ai eu accès à assez peu de contexte, j’ai essayé d’imaginer. » Ce secret obligeait notre ancien DDO à régulièrement proposer deux, voire trois traductions. Une dizaine de sessions de travail à distance ont été nécessaires, réparties sur quatre semaines. 

Le DDO, chef d’orchestre d’un lancement

Le DDO, ou Directeur Des Opérations, est le « chef d’orchestre » d’une campagne de lancement au Centre Spatial Guyanais. À ce titre, il définit et supervise la préparation des satellites, du lanceur et de la base. C’est ainsi le DDO qui, responsable de la chronologie finale, égrène le compte à rebours.

Cette adaptation a donné, à la demande des producteurs, une couleur guyanaise à la version française du film. « Mon interlocutrice voulait, pour la traduction française, qu’on se rapproche de l’atmosphère d’un lancement Ariane ou Soyouz à Kourou ». Ainsi, le Capcom américain est devenu DDO.
Résultat, si Thierry Vallée n’a pas encore vu Seul sur Mars, ses collègues se sont crus, en plein film, revenus en salle Jupiter. Mission accomplie.

En VF la salle de contrôle sonne comme la salle Jupiter du CSG.
Crédits : 20th Century Fox

L’astronaute français Thomas Pesquet a vu Seul sur Mars. Témoignage.

Publié dans : 
Pour les cibles : 
A propos de :