30 Avril 2018

Bientôt un drapeau français sur Mars ?

Le 26/11/2018, l'atterrisseur de la mission InSight se posera sur Mars. Il est équipé de 2 instruments principaux dont un sismomètre développé sous leadership français. Cocorico !
is_manchu_insight_wts.jpg

Crédits : CNES/Manchu/Bureau 21.

Le sismomètre de la mission InSight sera recouvert d'un bouclier qui l'isolera des bourrasques de vent et variations de température. Sur Terre, les sismomètres sont enterrés dans des caves sismiques, une solution qui n'est pas envisageable, pour l'instant, sur Mars.

Un sismomètre made in France bientôt sur Mars 

En 1976, des sismomètres ont déjà été envoyés sur Mars dans le cadre des missions américaines Viking. Hélas,

  • le sismomètre de l'atterrisseur Viking 1 ne fonctionna pas.
  • le sismomètre de Viking 2, fixé sur l’atterrisseur, s'est retrouvé ballotté par les vents martiens, incapable de mesurer les vibrations du sol.

  

42 ans plus tard, toutes les précautions ont été prises. Le sismomètre SEIS sera déposé à même le sol par le bras robotisé de l’atterrisseur d'InSight. Une caméra permettra de choisir avec précision l'emplacement de l'instrument. Pas question de le placer sur un caillou qui empêcherait un contact total avec la surface martienne.

Le sismomètre SEIS enregistrera les ondes se propageant à la surface et à l'intérieur de Mars. Crédits : IPGP/David Ducros.

Un sismomètre, bijou de technologiE

is_waveform_mid_frequency_small.jpg

Onde sismique de fréquence moyenne. Crédits : IPGP/ETHZ.

SEIS est un bijou de technologie capable de mesurer des déplacements du sol à l'échelle atomique. Aucun souci pour enregistrer :  

  • les tremblements de terre, même de faible magnitude
  • les impacts de météorites dans un rayon de 150 km autour du site d'atterrissage
  • les bombements de la croûte résultant de l'attraction de Phobos, l'une des 2 lunes de Mars, appelés marées de Phobos.

 

Les géophysiciens utiliseront ces enregistrements et des techniques sophistiquées de traitement des données pour sonder l'intérieur de Mars. 

Pour la première fois, l'Homme recueillera des informations précises sur la structure interne, et donc l'évolution, d'une planète rocheuse autre que la Terre.

Le sismomètre SEIS en essais ''vide thermique'' au CNES en 2015. Crédits : CNES/MALIGNE Frédéric, 2015.

Publié dans : 
Pour les cibles :