8 Février 2019

[Actu] ExoMars 2020 : un rover au féminin

Le 07/02/2019, l'agence spatiale britannique a révélé le nom donné au véhicule de la mission européenne ExoMars 2020 : Rosalind Franklin, en hommage à une pionnière de la biologie moléculaire. Le rover Franklin pourrait entrer, lui aussi, dans l'histoire des sciences en apportant les 1eres preuves d'une forme de vie extraterrestre.

Ce nom a été choisi par un panel d'experts suite à un concours lancé en 2018 par l’Agence spatiale britannique (UKSA) – contributeur important au programme européen ExoMars. Plus de 36 000 personnes y ont participé. Le nom de la scientifique s’est imposé. 

Chimiste de formation, Rosalind Franklin est une pionnière de la biologie moléculaire. Ses observations aux rayons X au début des années 1950 ont conduit à la découverte de la structure en double hélice de l’ADN. En 1958, Rosalind Franklin meurt prématurément d'un cancer de l'ovaire, probablement lié à une surexposition aux rayons X lors de ses recherches. En 1962, le prix Nobel de médecine est attribué à James Watson, Francis Crick et Maurice Wilkins (son ancien directeur de laboratoire) sans aucune référence à sa contribution, jugée aujourd’hui majeure.

Ce nom s'est imposé car l'objectif de la mission ExoMars 2020 est de rechercher des traces de forme de vie – passées ou présentes – sur la planète Mars (pas de l'ADN toutefois). Pour cela, le véhicule Franklin emportera 9 instruments scientifiques et une foreuse capable de prélever des échantillons jusqu’à 2 m de profondeur. Cet ensemble instrumental constitue la charge utile Pasteur, en référence au microbiologiste français.

Rosalind Franklin. Crédits : Science History Images/Alamy Stock Photo.

Illustration du rover Franklin de la mission ExoMars 2020. Lancement prévu entre le 25 juillet et le 8 août 2020 pour un atterrissage sur la planète rouge le 19 mars 2021. Crédits : ESA.

Née en 1920, Rosalind Franklin est une pionnière de la biologie moléculaire. Crédits : Wikipedia.

Pour la 1ere fois de l’histoire, nous allons accéder à des échantillons protégés des radiations cosmiques.

« Jusqu’ici les missions ont analysé des échantillons prélevés en surface ou à quelques centimètres de profondeur. A 2 m, nous pourrons trouver des molécules organiques non détruites par le rayonnement cosmique. Et parmi elles, nous trouverons peut-être d’éventuelles molécules caractéristiques du vivant... » explique Michel Viso, responsable des programmes d’exobiologie au CNES.

Site d'atterrissage : oxia Planum

Le rover Franklin atterrira au nord de l'équateur, dans la région d'Oxia Planum. Située dans un ancien bassin sédimentaire âgé de 4 milliards d'années, cette plaine a été sélectionnée par les scientifiques en novembre 2018. Pourquoi ? Car elle présente d’épaisses couches d'argiles. Celles-ci témoignent d'un environnement lagunaire ou marin qui a duré plusieurs milliers d’années. Les argiles sont aussi favorables à la conservation d'éventuelles biosignatures. Un autre intérêt d'Oxia Planum est sa faible altitude qui va sécuriser la phase d'atterrissage (phase de descente sous parachute). L'absence de  pentes abruptes, de gros rochers sont également favorables pour l'atterrissage et offre un terrain idéal à la mobilité du véhicule.

Publié dans : 
Pour les cibles :